L’électricité en restauration

prom_elecchezvousok.pdf

L’électricité fait peur à beaucoup. Et pourtant, si vous prenez les précautions nécessaires, voilà bien un domaine qui peu devenir un véritable jeu. Surtout quand on découvre que le prix pour la pose d’une seule prise électrique, par un professionnel, tourne autour des 100€…

La première chose, si vous souhaitez réaliser ou modifier une installation : achetez l’excellent livre « L’installation électrique » édité chez Eyrolles. Vous y trouverez toutes les bases qui vous seront nécessaires, ainsi que les dernières normes à respecter.

Dans cet article, nous ne reviendrons pas sur les détails des installations qui sont toutes décrites dans le livre pré-cité, et ailleurs. En revanche, nous parlerons des questions qui n’y sont pas abordées et des problèmes auxquels nous avons été confrontés.

Les règles de base

Première règle : avant toute intervention sur une ligne électrique, couper le disjoncteur de la ligne concernée au tableau électrique. Si vous intervenez sur le tableau lui-même, couper à l’interrupteur général.

Seconde règle : s’équiper d’un tournevis électrique testeur de phase. Lorsque la pointe du tournevis est en contact avec la phase d’un circuit et que votre doigt touche le contacteur au bout du manche, une petite diode témoin s’allume : vous savez alors qu’il y a de l’électricité et donc du danger. Si votre ligne n’est plus alimentée, la diode ne s’allume pas et vous pouvez intervenir en toute sécurité.

Troisième règle : toujours penser à ceux qui vous suivront. Votre installation doit rester parfaitement « lisible » : respectez des codes couleurs différents pour les retours lampes et les retours bouton, les navettes de va-et-vient… Même pour vous, s’il est facile de s’y retrouver le jour où vous réalisez vos branchements, ce ne sera plus du tout le cas quelques années plus tard.

Et dans tous les cas : les quelques minutes perdues à bien faire les choses au départ nous font économiser les nombreuses heures englouties pour rectifier les problèmes qu’engendreraient, par la suite, un travail bâclé… 

L’électricité en restauration

prom_elecchezvousok.pdfComment réaliser une installation électrique dans un bâtiment ancien que l’on ne souhaite pas dénaturer ? Voilà une question qui peut rapidement devenir un véritable casse-tête…

Dans tous les cas, la mise aux normes est indispensable pour assurer votre sécurité quotidienne. Il faut donc trouver des solutions.

Les gaines électriques

Vous pouvez passer vos lignes :

  • En creusant les joints entre les pierres. Pensez, dans ce cas, à pré-filer les gaines à l’avance car vous ne pourrez plus tirer les fils à l’intérieur par la suite.
  • En les installant dans les sols. Un sol en tomettes, par exemple, s’il a été réalisé sur une chape maigre ou sur du sable, se démontera et se remontera  très facilement.
  • En installant des corniches au plafond sous lesquelles seront placées les gaines.
  • En utilisant des « plinthes électriques ». L’idéal est alors d’acheter des planches de bois (massif ou MDF) découpées à la largeur et l’épaisseur souhaitées puis de les moulurer à la défonceuse à bois. Un autre fer vous permettra de creuser une gorge à l’arrière de la plinthe pour y glisser les fils. Le résultat sera esthétique, bon marché et l’installation électrique sera parfaitement cachée.

La gaine technique

Quand cela est possible, il vaut toujours mieux disposer d’un espace dégagé et accessible pour répartir les gaines au départ du tableau électrique. L’idéal est de créer une « colonne » qui assurera la répartition des réseaux à chaque étage.

Les interrupteurs et les prises

… sont moches ! Oui, c’est vrai, en général. Mais, à moins que vous n’ayez une fortune personnelle, ou gagné au loto, vous allez devoir vous y faire. Il va falloir essayer d’être le plus discret et le plus sobre possible : les placer dans des endroits qui ne soient pas directement dans le champ de vision,  derrière des doubles rideaux, harmoniser les couleurs de votre intérieur avec les caches pour éviter les tons trop tranchés… Bref, il faut ruser.

Il faut toujours prendre du matériel de marque, ce qui évite de devoir brancher son grille pain à coup de marteau dans une prise dont la sécurité est vraiment trop sécurisée… La série Niloé, chez Legrand, par exemple est d’un excellent rapport qualité/prix/esthétique. Si vous passez sur des installations plus complexes, comme les réseaux RJ45 par exemple, vous devrez passer sur la série Mosaïque.

Et regardez sur internet en comparant les prix (123elec, kelelek… testés pour vous, en novembre 2015 : allez-y les yeux fermés), vous aurez de bonnes surprises.

Des modèles de très belle qualité

En revanche, pour les plus fortunés, de très belles choses existent sur le marché. Voici une sélection de fabricants qui proposent des rééditions de modèles anciens ou des créations particulièrement raffinées :

Interrupteur Fontini
Interrupteur Fontini

Les ampoules

LED évidemment… et sans aucune hésitation! La technologie LED est aujourd’hui totalement performante, bon marché et vous ferez chuter en flèche votre consommation électrique. Mais il vous faudra oublier vos vieilles habitudes et ne plus penser en termes de watts et de chaud ou de froid mais en lumens, en kelvins, en angle d’éclairage et en type de Leds.

Les lumens vous indiquent l’intensité lumineuse de l’ampoule.

Les kelvins vous indiquent sa « température » de couleur. Plus le degré kelvin est bas, plus la lumière sera chaude ; plus le degré est haut, plus elle sera froide :

  • Blanc Chaud (entre 2700 et 3500 °Kelvin)
  • Blanc Neutre (entre 4000 et 5000 °Kelvin)
  • Blanc Froid (entre 5500 et 6500 °Kelvin)

L’angle d’éclairage peut varier de 15° à 360°, selon les modèles.

Quand au types de Led, ils peuvent être :

  • classiques ( celles que vous connaissez tous depuis des dizaines d’années en guise de témoin de veille dans nos appareils électriques),
  • améliorés à angle large, avec des LEDs SMD (« Surface Mounting Device » que l’on traduit par « composant de surface »),
  • High Power ( haute puissance) qui elles mêmes se déclinent en x versions différentes selon le fabricant (Nichia, CREE, Seoul, Osram, Philips, LG, Samsung, etc…), et avec des leds multichips appelées COB ( Chips On Board).

Il faut donc déjà faire un peu le ménage parmi tous ces choix possibles. Cette page internet vous aidera à vous y retrouver : « Comment choisir son ampoule LEDs« 

Un site de vente sur internet comme ampoules-led a, par exemple, une offre particulièrement intéressante (testé en janvier 2016). Regardez surtout leur petite ampoule LED E14 céramique, SMD 2835, d’une température de 3200° kelvin, d’une puissance lumineuse de 470 lumens et qui ne consomme que 3,5 watts, tout ça pour une dimension de 1,5 cm de diamètre et de 5,5 cm de long : nous adorons!

  2 comments for “L’électricité en restauration

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :