La truelle : le bon geste

Trophée d’outils entrecroisés de tailleur de pierre, sculpteur et maçon : têtu-pic, équerre, niveau, massette cintrée, ciseau, truelle, entrelacés d’un phylactère suspendu à une fleur à six pétales, dans le cimetière Sainte-Catherine à Villenuve-sur-Lot (47).
Source : http://compagnonnage.info – Remerciements à Jean-Michel Mathonière

La truelle est un des prolongements naturels de la main du maçon et vous ne pourrez pas faire d’enduits tant que vous n’en maîtriserez pas le geste. Mais, pourquoi est-ce si important?

Un enduit tient au support selon deux principes de liaison : mécanique (accroche par la forme) et physico-chimique (adhérence entre les matériaux). Le fait de projeter l’enduit avec la truelle va permettre de chasser les bulles d’air et de « coller » le mortier au support (principe de la ventouse). Ainsi, on renforce et favorise les liaisons mécaniques et physico-chimiques.

Maîtriser le geste n’est compliqué si on adopte le bonne méthode.

La première chose à faire est de choisir une truelle adaptée : un module de 18 cm est idéal pour commencer (par la suite aussi, il évitera les tendinites). Ensuite, il ne faut surtout pas essayer de jeter le mortier. Oubliez le mur, prenez du mortier avec votre truelle et faite un léger mouvement de balancier avec l’avant-bras en cherchant l’équilibre. Vous allez ressentir une force centrifuge, un peu comme avec une fronde, mais sur un petit arc de cercle (il n’est bien sûr pas question de faire de grands mouvements circulaires avec votre truelle chargée de mortier).

Maintenant que ce geste vous a permis de sentir l’équilibre et de trouver la bonne distance avec le mur, vous allez accentuer cette force qui va, seule, projeter le mortier. Pour cela, il va falloir casser le poignet au moment où la truelle est la plus proche du mur, avant donc que votre mouvement de balancier ne la ramène à vous. La méthode est simple : vous allez serrer fermement les doigts sur le manche de la truelle et le poignet se cassera tout seul. Encore une fois, oubliez le mur et ne cherchez pas à jeter.

Le bruit d’un mortier qui se colle et adhère parfaitement est très caractéristique. C’est votre oreille qui vous dira que vous avez réussi.

Entraînez-vous, c’est un peu comme l’équilibre à vélo : un fois que vous l’aurez trouvé, vous pourrez faire le Tour de France!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :